Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:08

5157_jean_marie_petitclerc.jpg

La conférence de JM Petitclerc à l'ERTS sur la violence en institution a passionné l'auditoire (promo de troisième année d'éducateurs spécialisés).

Je ne reprendrai pas toute la conférence, mais quelques idées fortes qui m'ont particulièrement parlées, car elles me semblent applicable dans tous les champs de notre vie : vie familiale, professionnelle, vie d'éducateur ou de parents...

 

  • Deux remarques préliminaires :

- Ne pas confondre agressivité et violence :

La violence est la pénétration de force dans l'espace d'intimité de l'autre.

L'agressivité est une pulsion, qu'il faut savoir canaliser pour éviter qu'elle se transforme en violence.

On peut être agressif sans être violent, si on continue de respecter l'autre.

On peut en revanche être violent, sans agressivité : par exemple un commentaire sur un bulletin scolaire, disant que l'élève est nul.

 

- La violence est naturelle, c'est la manière naturelle d'exprimer sa colère. La convivialité et la paix, elle, ne sont pas naturelles, elles sont le fruit de l'éducation. C'est le rôle de l'éducation d'apprendre à gérer les frustrations, afin de s'exprimer autrement que par la violence.

 

  • Grille de lecture des phénomènes de violence :

Il faut se mettre en tête que quel soit le comportement du jeune, il agit ainsi parce qu'il a des raisons. Il est fondamental d'essayer de comprendre ces raisons pour répondre de façon adaptée.

Il y a trois grands type de violence :


- la violence "mode d'expression" :

Derrière le plus violent se cache le plus souffrant.

La violence devient le mode d'expression de celui qui ne sait pas s'exprimer autrement. En particulier il y a une correspondance entre le niveau de violence et la pauvreté du vocabulaire, en particulier du langage émotif. Disposant de trop peu de mots, on utilise alors la violence comme langage en acte.

Pour prévenir ce type de violence, il est important de favoriser l'expression, sous toutes ses formes : espaces de parole et d'écoute, mais aussi espaces d'expression par la créativité, le sport...

 

- La violence "mode d'affirmation de soi"

Par la violence, je veux attirer l'attention sur moi, pour exister.Toutes les études montrent corrélation entre violence et mauvaise estime de soi. C'est la violence des jeunes qui ne réussissent pas à l'école par exemple, car ils n'ont pas l'occasion d'être reconnus ou gratifiés...

La mission première de l'éducateur est de travailler à la restauration de l'estime de soi. Il est très important de distinguer la personne de ses actes : Ne pas dire "tu es nul" mais "ta copie est nulle". "C'est un délinquant" mais plutôt "Il a commis un acte de délinquance"...Rien de pire que l'étiquetage.

 

- La violence "mode d'action"

On utilise la violence pour obtenir ce qu'on veut : le pouvoir (AlQaïda) ou des objets (racket).

Cette violence est inacceptable. Face à cette violence, il faut interdire (rappel ferme de la loi) et sanctionner (et non punir. La sanction est réparatrice, elle éduque à la responsabilité, permet au jeune de restaurer sa place dans le monde).

 

On retrouve ces trois types de violence dans l'institution, dans la famille, dans le couple...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonathan 26/01/2013 17:53

Bienvenue sur "Des chrétiens sur over-blog"
Je relève dans votre texte "La violence est naturelle, c'est la manière naturelle d'exprimer sa colère. La convivialité et la paix, elle, ne sont pas naturelles, elles sont le fruit de l'éducation.
"
Je voudrais seulement ajouter que celui qui se convertit à Jésus-Christ reçoit une dimension de paix qui est surnaturelle. Christ a dit :
"Jean 14:27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne."
Le chrétien authentique est un enfant de paix !
Bonne soirée !

erato:0059: 25/01/2013 18:43

Un billet très intéressant . La violence est en général la traduction de la souffrance. Je pense qu'il faut essayer de faire exprimer la nature de la souffrance , en prendre conscience pour pouvoir
avoir des actions positives.
Un programme difficile car les jeunes sont en grande souffrance.
Belle soirée

maryvonne 26/01/2013 09:07



Merci pour tes remarques. Je suis tout à fait d'accord avec toi, tout en essayant d'avoir un regard plus optimiste. Tous les jeunes ne sont pas en grande souffrance, bien heureusement. Mais à
nous en effet d'essayer de les guider vers un chemin plus souriant...



Présentation

  • : Maman de famille nombreuse...presque zen !
  • Maman de famille nombreuse...presque zen !
  • : Agée de 48 ans, Maman de 4 garçons (18 ans et des triplés de 17 ans),mais aussi Femme et Educatrice Specialisee, je vous partage mes coups de coeur, mes trucs de maman, mes petits bonheurs, mes découvertes, mes pensées...Ce blog est avant tout un blog d'échange et partage, alors Bienvenue à vous.
  • Contact

Image du Blog nouvellescles.centerblog.netChaque instant est bonheur

A qui est capable de le voir comme tel.

Henri Miller
 

Diapositive1-copie-8

zen-menus-copie-1.jpg

zen recettes